VIDÉO

Colomb-Béchar (RGRP).

Réalisateur(s) : Inconnu


Traitement documentaire :
Première bobine.
[Chantier de construction de la S.E.N.A.M. à Ouakda]

L'activité est intense sur l'emplacement de la nouvelle briquetterie de la Société d'études nord-africaine de matériaux (SENAM) à Ouakda, située au nord de Colomb Béchar. Des ouvriers fabriquent des briques au moyen d'une presse, concassent des pierres dans une machine, préparent les treillis soudés (ferraille) avant de couler du béton ou strient la terre meuble du futur four de cuisson des briques au moyen d'un engin spécial. Des murs de briques nouvellement formées sèchent en plein air.

[Les Houillères du sud oranais]

L'exploitation des houillères, la principale activité économique de la région nécessite de grands aménagements dans la région de Colomb Béchar. Les mines se répartissent sur six sites d'extraction comme Kenadza, Ksi Ksou, Bridia ou Bidon [1] dont le premier tronçon ferré a été construit par la société "Méditerranée-Niger".
Le réseau de communications est relié au centre urbain de Colomb Béchar, lui même tête de ligne du transaharien en direction d'Oujda et de l'Algérie du nord. Un train de marchandises arborant un blason marqué "Méditerranée-Niger" arrive dans la gare de Colomb Béchar. Un papier est apposé sur un des wagons avant la formation de train. Dans une salle, un régulateur donne ses consignes avant le départ. A Béchar Djedid (gare annexe), une foule se masse devant le train mixte de marchandises et de passagers. Ce dernier s'éloigne de la gare et stoppe à Colomb Béchar. Des femmes chargées de lourds colis en descendent avec leurs enfants.
Diverses vues du train au crépuscule.
Une Jeep "montée sur rail" arrive sur un chantier de la voie ferrée. Un ingénieur, accueilli par un collègue, vérifie la pose des traverses par l'équipe d'entretien, destinée à l'extension de la voie ferrée devant acheminer le minerai des houillères et les habitants du secteur. La Jeep montée sur rail est présentée à cette occasion. Sous le chassis, un vérin hydraulique permet de lever le véhicule. Un homme peut ainsi le faire pivoter sur son axe, le positionner et repartir dans l'autre sens.
Vue lointaine de la ville de Colom Béchar.
Le paysage est filmé à partir du train en mouvement.
Arrivée d'un autorail en gare de Colomb Béchar.

2e bobine.
[Les houillères de la région de Colomb Béchar]

Le travail dans les houillères du sud oranais, région de Colomb Béchar, occupe une grande partie des ouvriers musulmans. Un wagonnet monte du minerai au moyen d'une crémaillère qui se renverse et tombe dans une benne en haut d'un monticule. Des hommes transportent du bois qui va servir d'étais pour un nouveau puits. Un train passe dans la gare de Colomb Béchar. Sur un wagon de marchandises, une étiquette est apposée avant l'expédition de charbon. Le chauffeur et le mécanicien sont filmés en gros plan sur la locomotive. Sur les houillères règne une grande activité : une chaîne de wagonnets amène les déchets miniers sur un crassier par téléphérique, du charbon remontant d'un puits est trié sur un tapis roulant, des mineurs poussent des bennes remplies de minerai.

[Dans la ville de Colomb Béchar]

Dans la palmeraie de Colomb Béchar des enfants nus se baignent dans le cours d'eau de l'oued Béchar.
Vues sur la cathédrale et de la grande place de la ville flambant neuve. Les habitants passent sur la place.
Une mise en scène montre un Algérien rentrant chez lui à bicyclette accueilli par un ami et sa famille. Après une poignée de main, les deux amis boivent un thé à la menthe. Une autre image "idyllique" montre la préparation d'un méchoui géant qui occupe de nombreux musulmans.
A Colomb Béchar, la compagnie saharienne de la ville est passée en revue. Elle dispose de blindés M8.
La population de la ville de Colomb Béchar passe devant la caméra.
Cette ville dispose d'infrastructures modernes dont la piscine pour agrémenter la vie des habitants.
C'est sur ces images d'ambiance d'une certaine douceur de vivre que ce clôt ce film.

Note : le terme « Algérien », utilisé dans ce paragraphe, désigne les populations autochtones (à différencier des Européens d’Algérie).

Compte rendu d'origine :
Colomb-Bechar est une grosse agglomération saharienne, chef lieu de commune mixte de 250 000 habitants dont la plupart nomadisent. C'est un grand nœud de communication avec le plateau de Guir, le Tafilalet et les oasis sahariennes. Colomb-Bechar fut crée par Lyautey, son nom lui vient du djebel Bechar et d'un officier nommé Colomb qui y fit les premières explorations. C'est la tête de ligne de communication du transsaharien dont plusieurs tronçons sont déjà en service en desservant les différents gisements miniers. En effet, le sous sol est d'une grande richesse, les houillères du sud oranais exploitent à l'heure actuelle six sièges d'extraction de houille à Kenadza, Ksiksou, Bridia et enfin à Bidon [?] à 5 km de Bechar
L'existence de ce gisement houiller était connue depuis les premières années du siècle où géologues et militaires participèrent ensemble à sa découverte. Après les coups de pic de l'infanterie coloniale, l'exploitation systématique commence en 1917. La concession en fut donnée aux chemins de fer algériens qui avaient là une source commode d'approvisionnement. A ce stade la production était limitée à 100 tonnes par jour. La guerre de 39-45 réduisit le parce algérien en charbon étranger, une production accrue fut demandée au bassin. Rapidement, d'autres sièges furent ouverts qui existèrent qui l'évacuation de leur production [?] la création jusqu'à Kenadsa du premier tronçon de la voie ferrée normale du Méditerranée-Niger. En 1943, la production était de 500t par jour, la production atteint 110t.

1) Arrivée d'avions passagers. Embarque-car [?]. Car dans le Reg nu. Débouche sur la place de Colomb-Béchar. La place diverses rues, bâtiments, cathédrale, monuments, chantiers de construction. La place des chameaux. La grande rue. La palmeraie. Scènes dans la palmeraie
2) Le train du matin vers les mines. L'arrêt à Bidon 11. Paysages vus du train. L'arrivée à la mine. Les mineurs descendent au puits. Travail du charbon. Tapis roulants SKIPS. Les treuils, triage, chargement, crassiers. Ouverture d'un nouveau pont en plein désert. Les stocks de poteaux de mine. Remontée des mineurs, manutention du charbon, expédition, trains partant.
Une partie de cet ACT 5485-03 est regroupé avec l'ACT 5460-04.
Correspond à quatre reportages photographiques de Jaillant :
- ALG 56 170
- ALG 56 171
- ALG 56 172
- ALG 56 173

1] Ces précisions sont apportées grâce au compte rendu de l'opérateur de prises de vue et extraites d'un fascicule intitulé "Notions essentielles sur l'Algérie", édité par le gouvernement général de l'Algérie en 1956.

Sélectionnez l'extrait de votre choix à l'aide des curseurs du lecteur vidéo

Liste des extraits

Durée totale
00'00'00
  • {{from_format}} - {{to_format}}
    Durée: {{duration_format}}
  • Générique du film

    Genre Non
    Lieu(x) Algérie - Colomb-Béchar - Département des Oasis -

    Informations

    Référence ACT 5485
    Durée 00:17:43
    Date de réalisation 20/07/1956
    Date de début 20/07/1956
    Date de fin 20/07/1956
    Format d'origine 35 mm
    Couleur Noir et blanc
    Typologie Non
    Origine SCA/Algérie (service cinématographique de l'armée française en Algérie)
    Domaine public Non