L'odyssée des parachutistes de Tu Lé à la rivière Noire.

  • Imprimer la notice

/ Description

  • Titre

    L'odyssée des parachutistes de Tu Lé à la rivière Noire.
  • Description

    Après leur parachutage sur le poste de Tu Lé [1], avec pour mission de tenir le poste, d' aider la garnison de Gia Hoï située à 10 km au sud, et d'intervenir sur les arrières des divisons Viêt minh alors qu'un assaut massif se prépare sur Nghia Lo, les parachutistes du 6e BPC (Bataillon de parachutistes coloniaux) du commandant Bigeard s'organisent en plusieurs points d'appui et installent un réseau de défense sur le poste de Tu Lé (dominé par deux pitons). Lorsque Nghia Lo tombe le 18 octobre, les garnisons de Gia Hoï ont pour ordre de se replier vers Tu Lé. Le général de Linarès, commandant les forces terrestres du Nord Viêt Nam (FTNV), ordonne au commandant Bigeard de se replier vers la rivière Noire. Celui-ci refuse pour attendre la garnison de Gia Hoi, qui arrive finalement dans la nuit du 20 octobre. Le poste de Tu Lé est attaqué peu de temps après, dans la nuit. Les différentes compagnies du 6e BPC, organisées en points d'appui qui s'aident mutuellement réussisent à repousser l'assaut. Au matin, le commandant Bigeard attendra des avions Morane pour évacuer les blessés, qui n'arriveront pas et contraindront à brancarder les blessés lors du repli du 6e BPC vers la rivière Noire. Ils entament alors une longue marche harassante vers la rivière Noire, poursuivis et harcelés par la division 312 du Viêt minh.
    "Le 6e réussit à échapper à la 312 dans une marche infernale [...] Le 21, ils atteignirent le poste de Muong Chen dont 80 supplétifs commandés par l'adjudent Peyrol se sacrifièrent, pour couvrir leur repli, menant des embuscades aux viets.[...] Le 22 octobre, n'ayant pas cessé de marcher durant ces deux jours, parcournat plus de 70 km, ils franchirent la rivière Noire. Assomés, effondrés, les hommes gisaient plutôt qu'ils ne se reposaient ayant réussi à passer de l'autre côté de la rive et atteindre Ban Tan Bu, où enfin des camions les emmenèrent à Son La. Leur calvaire était terminé[...]
    L'opération avait permis de sauver la garnison de Tu Lé, celle de Gia Hoï et les Viets n'avaient pas réussi, malgré la disproportion en leur faveur de leurs forces, à annihiler ce bataillon. Aussi les décorations tombèrent lergement."[2 ]
    Cette retraite est aussi connue comme le "Retraite des mille" ou la "Bandera de Tu Lé"

    Légende d'origine :
    Les parachutistes largués le 16 octobre sur le poste de Tu Lé recueillent le 19, les éléments du secteur de Nghia Lo se repliant vers l' ouest et effectuent un héroïque combat retardateur face à une montée de bataillons ennemis fanatisés par leur succès de Nghia Lo. Après des fatigues inouïes et de furieux engagements, ils font jonction avec nos unités sur la rivière Noire le 23 octobre.
    Attention, problème d'affichage sur les photos R32 et R33.

    [1] Voir le reportage Tonk 52-183 qui montre l'arrivée du 6e BPC à Tu Lé.
    [2] "Histoire de l'Indochine française", Pierre de Bernard, vol.4, p.289
    3] Les photographies du reportage n'aparaissent pas entièrement dans l'orde chronologique du déroulement des faits.
    Sources : légendes d'origine, et les ouvrages :
    - "Bigeard, ma guerre d'Indochine", Marcel Bigeard
    - "Bataillon Bigeard à Tu Lé" Alain Gandy
    > Voir plus

/ Informations techniques

Plus d’information
Nombre de clichés 103
Procédé original Négatif
Support d'origine Acétate
Couleur Noir et blanc

/ Propriétés

Plus d’information
Référence TONK 52-188
Date de début 18/10/1952
Date de fin 23/10/1952
Photographe(s) Paul Corcuff -
Date 20/10/1952
Lieu(x) Indochine française - Rivière Noire - Tonkin - Tu Lé -
Personnes représentées Corcuff, Paul - Leriche, Jean - Bigeard, Marcel - Rivier (Indochine)